• Dans mon petit coin de lecture, j'ai trouvé : La tulipe noire

    Dans mon petit coin de lecture, j'ai trouvé : La tulipe noire

     

    Doit-on présenter Alexandre Dumas père ? Auteur prolifique du dix-neuvième siècle, chevalier de la Légion d'honneur, a, à son actif, plus de 160 œuvres … Ça laisse, rêveur, n'est-ce pas ?. Sans compter les œuvres publiées à titre posthume, les dizaines et dizaines de films inspirés de ces romans. Le genre d'écrivain que chacun de nous aimerait être … Non, non, ne me dites pas le contraire, je suis sûre que c'est ce que vous pensez:P. A noter, évidemment, qu'il est le père d'Alexandre Dumas fils, autre grand nom de la littérature française. La tulipe noire a été écrit en collaboration avec Auguste Maquet, également romancier.

     

     

     

     

    Genre : roman historique avec un soupçon de romance.

     

     

    Quatrième de couverture : "En 1672, Guillaume d'Orange prend le pouvoir en Hollande, profitant du massacre par le peuple des frères Jean et Corneille de Witt, accusés de tractations secrètes avec la France. Accusé à tort de trahison et condamné, le jeune Cornélius van Baerle (filleul de Corneille de Witt), continue de se livrer à sa passion des tulipes en essayant de créer une tulipe noire, dont la découverte sera récompensée par un prix de la société horticole de Harlem. Cet épisode tragique de la vie politique hollandaise sert de base à l'aventure de Cornélius, qui, depuis sa prison, va connaître deux histoires d'amour : l'une avec sa tulipe noire, supplantée petit à petit par celle avec Rosa, la fille de son geôlier. "

     

     

    Mon avis : Voici un livre que je n'ai pas vraiment choisi de moi-même. Jusqu'à il y a récemment, je n'avais même pas du tout prévu de le lire. Il m'a été plus que chaudement recommandé et cela m'a donner envie de découvrir ce classique.

     

     

    Bien que je sois allée à l'encontre de mes habitudes et mes principes de choix de lecture, je n'ai absolument aucun regret. Il m'a fallu un peu de temps pour m'habituer au style de l'écrivain : des phrases longues, avec beaucoup d'informations, voire, quelques répétions. J'ai dû relire certains passage, au début, car je m'embrouillais en quelques lignes. D'un point de vue technique, c'est assez intéressant de se dire que, ce qui a très certainement participé au succès de l'auteur fait aujourd'hui partie de ce qu'on déconseille de faire en matière d'écriture. Pourtant, au final, je m'y suis fait assez rapidement.

     

     

    L'écriture, en elle-même et, malgré le point soulevé plus haut, est très belle. Le style reste relativement fluide, la lecture est simple, accessible. Je craignais quelque chose qui me bloque régulièrement : il n'en fût rien. Bien que la patte d'Alexandre Dumas ne me corresponde pas, j'ai pris beaucoup de plaisir à la découvrir.

     

     

    C'est au niveau du contenu en lui-même que je suis un peu plus réservée. Juste un tout petit peu. Je vais essayer de rester gentille, je sais que la personne qui m'a recommandé ce livre attend ma critique de pied ferme, si ça ne lui plaît pas, je risque de recevoir une punition dont je ne puis révéler la teneur, sous peine de choquer les âmes sensibles. Bon, évidemment, je plaisante. Les paroles de complaisances n'étant pas mon truc, je peux vous assurer que ce que je vais dire reflète exactement mes pensées:P

     

     

    Comme je le disais, le contenu m'a un peu gêné. Le thème de l'histoire a été très bien choisi. Tout comme j'ai aimé me plonger dans le cadre historique franco-écossais de La Fleur des Highlands d'Anna Lyra, j'ai adoré découvrir celui de la Hollande du XVII siècle, à l'époque même où Guillaume III d'Orange est tout juste nommé stathouder (pour faire très simple, c'est le grand chef, quoi). D'ailleurs cet épisode historique pose la base du roman et j'ai réellement adoré les apparitions de Guillaume III, sans doute mes préférées malgré leur rareté.

     

     

    L'intrigue autour de cette fameuse tulipe noire est également très bien trouvée. Tout comme l'histoire d'amour entre les deux principaux protagonistes. En fait, pour moi, toutes les idées utilisées sont excellentes, c'est leur traitement qui m'a un peu laissé sur ma faim. Il y avait là un énorme potentiel pas assez exploité, à mon goût. Il ne manquait pas grand-chose, pourtant. J'aurais juste aimé avoir plus de détails, notamment sur la relation entre Cornélius et Rosa. Et j'aurais aimé ressentir beaucoup plus les émotions. Sur ce point, je n'ai eu de la satisfaction que lors des passages avec Guillaume III.

     

     

    Cela dit, il s'agit là d'une opinion basée sur mes goûts personnels. L'attitude de l'auteur vise surtout à rapporter une histoire ou l'Histoire plutôt qu'à nous la faire vivre jusqu'au bout. Les sentiments et émotions des personnages sont consignés plutôt qu'exprimés. Au vu du genre du livre, qui, malgré sa romance, reste une œuvre avec un caractère historique très marqué, je peux dire qu'Alexandre Dumas a visé juste et est resté totalement cohérent.

     

    Enfin, très importants, les personnages. Je les ai tous trouvés très attachants. Chacun d'eux possèdent une part de tragique qui les rends profondément humains. Leurs traits de caractère ne sont pas accentués à outrance. Tous les écrivains savent que la gestion des personnages est une chose très difficile. Dumas a parfaitement réussi son coup.

     

     

    Un livre que je conseille, même si le genre n'est pas le vôtre. Mais si vous êtes un peu trop fleur bleue, comme moi, ne vous attendez pas à plus que ce que le roman propose. Dans tous les cas, vous prendrez quand même beaucoup de plaisir à le lire:)

     

    Si cet avis vous a donnez envie, foncez acheter La tulipe noire

    « Tendanô, semaine 15 : s'apprivoiser à nouveauTendanô, semaine 16 : des retrouvailles réussies »
    Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :