• Tendanô, bilan correction n°1

    Tendanô, bilan correction n°1

     

    Pour marquer la rentrée, vous aurez droit cette semaine à deux articles, chacun dédié au bilan de mes projets en cours. On commence par le premier qui concerne la correction de mon roman Tendanô.

     

     

     

    J’ai déjà fait des dizaines de bilans pour ce roman (voir dans la catégorie « Un petit coin pour mes projets »;), mais ils servaient surtout à faire un point sur l’avancée du 1er jet.

     

     

     

    Cette fois, il s’agit de la correction, donc je ne m’embête pas : bilan n° 1.

     

     

     

    Tendanô et moi, c’est je t’aime, moi non plus. Entre l’écriture et la correction, on prend les mêmes et on recommence. Alterner amour et haine, c’est bien pour éviter la routine et garder la passion, non ?

     

     

     

    En réalité, c’est épuisant. Ça donne envie de prendre son histoire et de la balancer du haut d’une falaise. Ça vous fait faire des trucs idiots, comme comparer sa galère à terminer son roman avec des amours tumultueuses. Hum.

     

     

     

    Heureusement qu’il y a eu le campNaNo de juillet. Prendre une pause, il n’y a que ça de vrai. Trente jours sans toucher ni penser à son histoire, prendre un recul salutaire.

     

     

     

    Je l’avoue, j’y ai pensé. La faute au tome 1 d’Eldalarya qui se déroule dans le même univers et qui m’a causé quelques petits soucis le premier jour, des problèmes dont la résolution a aussi répondu à la problématique de son grand frère.

     

     

     

    Je ne vais pas revenir sur l’avant campNaNo : vaut mieux garder le positif. Malgré les x mois passés sur cette correction, je vais m’attarder sur les choix faits en juillet et sur le travail du mois d’août.

     

     

     

    La plus importante de mes décisions a été de supprimer certains chapitres. Stephen King, parmi les nombreux conseils adressés aux aspirants auteurs, suggère de supprimer ses passages préférés.

     

     

     

    Sans être dans cette catégorie-là, j’aimais ces chapitres. Leur plus gros problème, c’est le point de vue adopté. Ce n’était pas celui de Tendanô, mais d’autres personnages, dont un qui est juste un figurant ! En fin de compte, le personnage principal perdait de son importance : tout ce que je ne veux pas.

     

     

     

    Comprendre cela m’a permis d’identifier ce qui m’empêchait d’être efficace pendant ma correction. j’ai donc enlevé ces chapitres (ce qui représente entre 15 000 et 20 000 mots !) et me suis débarrassée d’un gros poids

     

     

     

    Ceci fait, j’ai réfléchi aux derniers petits blocages. Là où cela devient stupide/ironique, c’est que cela touchait ma personnalité.

     

     

     

    Je n’ai jamais aimé penser un projet dans son ensemble, quel qu’il soit. Ce n’est pas assez tangible, ça demande de penser sur du long terme, il faudrait envisager tous les problèmes qui pourraient survenir. tout ce que je déteste faire (cela dit, ça ne me dérange pas chez les autres, vous faites comme vous le sentez ;))

     

     

     

    Pour je ne sais quelle raison, j’ai envisagé Tendanô comme un tout. Grosse erreur de ma part. pas étonnant que j’aie perdu plus d’une fois ma motivation devant l’ampleur de la tâche. J’avais déjà commencé à changer cela et étais parvenu à diviser mon histoire en quatre parties. Je bossais sur la première et oubliais l’existence des trois autres.

     

     

     

    Ce n’était pas parfait, mais c’était déjà plus facile à gérer.

     

     

     

    Au final, j’ai adopté un nouveau découpage. Les parties sont plus nombreuses (9 contre 4 auparavant), mais chacune d’elle est plus petite. Qui plus est, cela me permet de considérer d’abord les différentes étapes de l’histoire et de ne pas me stresser sur le chapitrage (bien que ce point ne m’ait jamais préoccupé plus que cela).

     

     

     

    Pour tout vous dire, même ces parties je les ai encore divisées en scènes : en les retravaillant, je me perdais dans les détails, preuve que ce n’était pas encore assez fractionné à mon goût ;).

     

     

     

    Pendant le mois d’aout, j’ai donc pas mal bossé sur ces scènes, réfléchissant aux détails que je voulais inclure, à ceux qui ne méritaient pas leur place, etc. c’est là qu’un autre de mes traits de personnalité s’est manifesté : mon perfectionnisme.

     

     

     

    Le perfectionnisme, c’est bien, ça permet de ne pas bâcler son travail et de donner le meilleur de soi au service de la qualité. Cependant, quand notre perfectionnisme nous pousse à recommencer plusieurs fois sa prise de notes pour UNE scène (juste des prises de notes !), c’est qu’il y a un problème. Le genre qui vous fait prendre du retard et vous colle une boule d’angoisse de la taille d’une boule de bowling dans le ventre.

     

     

     

    Le genre qui vous donne envie de pleurer et de vous rouler en boule dans un coin en répétant « Je n’y arriverais pas, pourquoi continuer ? » (ça fait beaucoup de boules).

     

     

     

    Comment ça, j’exagère ? Ah, mais je vous jure, on peut en arriver à ce genre d’extrême quand on n’a pas dépassé les 6 heures de sommeil en 3 jours. Ou pour n’importe quelle autre raison ! :P

     

     

     

    Je me suis donné un bon coup de pied pour me remettre les idées en place (elles ne sont pas toujours où elles semblent être ha ha ha) et me suis enfin lancée dans la version 2 de Tendanô, également appelé 2e jet. Le but est de réécrire/corriger le fond de mon roman. J’ai prévu une version 3, qui concernera la forme.

     

     

     

    Dernier petit détail : je me suis astreinte à certaines deadlines, ou dates limites. Et vu celles-ci, je suis comme qui dirait dans l’urgence ;). Pour le moment, je suis assez satisfaite, je remplis chaque objectif journalier que je me fixe. Sachant que je bosse aussi sur le T1 d’Eldalarya et que le T2 ne va pas tarder à se joindre à la partie, c’est limite un miracle.

     

     

     

    Je vous retrouve dans quelques jours avec le prochain bilan, dédié à l’avancée du tome 1 d’Eldalarya et dans un mois pour un nouveau bilan correction ;).

    « Camp NaNo Juillet 2016 : le bilanEldalarya, tome 1 : bilan écriture n°1 »
    Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Plume de Bronze
    Jeudi 1er Septembre 2016 à 20:09

    Bonjour bonjour !!

    J'adore passer par ici et découvrir les article de ton blog, que je trouve très constructif yes

    J'aime bien ton article, car cela décrit exactement mon état d'esprit, étant en pleine correction de mon premier roman aww

    Il y a des jours ou tu as envie de l'emballer dans un papier, de le fourrer au fond d'un de tes tiroirs - ou plus souvent le rouler en boule et le jeter de toute ses forces depuis le sommet de l'Himalaya, pour qu'il tombe dans un ravin bien profond, épineux, -et oh perfection ! que dix mètre de neige lui tombent dessus ensuite. Puis, suivant le taux de sadisme, très élevé dans mon cas, le passer sous des roulaux compresseurs, en faire des confettis que l'on broyera ensuite, etc etc intello

    Et d'autres jours où tu es fière de ton bébé kiss

    Quoi qu'il en soit, bon courage pour la correction - et bien sur l'écriture d'Eldalarya 1er et deuxieme tome, nano nous voilà ! ^-^- de Tendanô (Deux noms très originaux, félicitations winktongue) de la part d'une consoeur correctrice, nanoteuse et écrivaine en herbe !

     

    yes

    bises

     

      • Jeudi 1er Septembre 2016 à 20:59

        Merci beaucoup pour ton commentaire winktongue

         

        J'ai été soft en parlant de balancer son roman du haut d'une falaise. Tu as parfaitement imagée la chose, j'aurais pas dit mieux xD

        Au plaisir de te revoir dans les parages wink2

    2
    Alice
    Vendredi 2 Septembre 2016 à 01:01
    Je ne peux que te comprendre sur ce que tu ressens. Même si nous avons une manière de travailler complètement differente ! Bravo pour cette avancée. Je te suis, copine de secte, et t'encourage ! <3
      • Vendredi 2 Septembre 2016 à 09:36

        Merci beaucoup Alice, bon courage à toi aussi cool

        Je teste sans arrêt diverses manières de travailler pour m'améliorer et trouver ce qui est le plus efficace. Qui sait, d'ici un mois, j'aurais peut-être encore changé des choses ! winktongue

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :